La montre et le sac de riz

La montre et le sac de riz

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Après un parcours politique qui le mena du PCF au PS dans sa jeunesse, le sac de riz quitta sa natale Camargue, pour découvrir d’autres horizons plus exotiques. Plus Somalie que Basmati, il arriva en sauveur d’un continent à la détresse larmoyante, qui n’attendait que l’arrivée du néo-colonialisme blanc pour se refaire une petite dépendance. On se souvient bien des aller-retour photofilmés du sac de riz qui avait culpabilisé Jean-Michel et sa petite famille attablé-télévisuel, devant un rôti de poulet aux fines herbes. Prix de remords, Jean-Michel fera don de 150 francs au french doctor, ce qui lui permettra dorénavant de manger cuisses et ailes en toute solidafricité.  Cela ne suffisant pas.. le sac de riz et son camarade cresson, inventèrent le droit d’ingérence humanitaire améliorant encore l’infantilisation du continent noir.

Mais l’opinion se lasse et voilà que naquit un nouveau conflit. Le sac de riz prit du galon et organisa la lente agonie d’un Kosovo autrefois Serbe avant de partir pour la Birmanie. Mouillé dans des affaires totalement pétrolifères, le sac de riz compromis se retrouva pourtant au poste tant souhaité de ministre, sous l’ère Sarkozy. N’y voyons surtout pas un effet Bilderberg ou Siècle, ce serait mal placé de notre part.

Sous son ministère,  il défendit Zoé, réconcilia les allemands avec leur Turque communauté, sans oublier quelques contrats pour ses éternels amis de l’or noir.

Mais « le monde selon K » pourrait bien menacer Bernard… tout comme Tracfin menace Julien.

Bernard et Julien

Bernard et Julien

La montre est en bien des points une copie du sac de riz. Elle aussi à fait ses débuts chez les communistes trotskistes de la ligue avant de rejoindre l’UNEF. Mais la plus grande idée de la montre fut de réinventer le racisme. C’est donc avec sa collègue d’Harlem, quelle créa le plus grand lobby médiatique sous couvert associatif-humaniste, que la France n’eut jamais connut. Ni pute, ni soumise, la montre se mit donc au service de la cause antiraciste « cool et tendance ». Jean-Michel touché par le combat-des-beurs, avait d’ailleurs acheté puis collé sur son pare-brise arrière, la main jaune et jeune, s’attirant la sympathie de ses voisins.

FIDL à son passé étudiant, la montre n’oublia pas de créer un syndicat apolitique et lycéen complètement indépendant des autres entités douteuses citées précédemment, syndicat auquel on rajoutera la MNEF.

Mais comme le sac de riz, la montre avait un défaut : une multitude d’amants : Patek, Mille, Mont Blanc (…), Berluti, Breguet et Rolex. Afin d’entretenir tout ce petit monde, la montre se résigna à faire appel à ses amis entrepreneurs de l’Essonne dont elle est députée, à ses anciennes organisations étudiantes, et son cercle anti-raciste.

350.000 euros plus tard, l’avenir se complique pour la montre. Malgré l’aide de ses amis de droite, de gauche et de médias, malgré le soutient de Sopo et Carolis, elle en est réduite à lancer un SOS de compassion.

La montre et le sac de riz, c’est l’histoire de deux escrocs qui auront autant détruit le monde que notre pays. Mais les voilà bientôt livrés à ceux qu’ils ont trompés, bafoués, volés, manipulés : Jean-Michel et tous les Français.

P+A

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr