Vous avez dit Pro-local ?

Vous avez dit Pro-local ?

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Les identitaires Pro-Local ?
Relocaliser l’économie, c’est aussi relocaliser l’homme. La relocalisation doit se faire sur plusieurs niveaux :
- européenne tout d’abord. L’Europe doit assurer son autosuffisance industrielle, énergétique et alimentaire. C’est désormais au niveau continental que se situent les grands équilibres et qu’il convient de les garantir. Ce qui passe également par une ambitieuse politique de soutien à la recherche.
- nationale ensuite. C’est à l’État de valoriser nos savoir-faire et les dynamiques propres à chacune de nos régions. Pays le plus vaste et le plus varié d’Europe, la France doit contribuer avec ambition à la relocalisation des outils de production et de développement économique. L’État doit enfin encourager réellement les initiatives de décentralisation et notamment permettre à ses agents de travailler dans leur région d’origine au lieu de les contraindre à une « mobilité » synonyme de déracinement.
- régionale enfin. La réflexion macro-économique (à grande échelle) ne doit pas nous interdire de penser la micro-économie (au niveau local). C’est aux régions qu’il appartient de garantir l’enracinement professionnel de leurs habitants en jouant la carte de l’excellence, notamment à travers la mise en place de procédures de contrôle qualité et de certification.

Être « Locavore »?
D’autre part le retour à la consommation locale est la seule solution immédiate et concrète aux problèmes environnementaux que posent la mondialisation. Elle va d’ailleurs s’imposer d’elle même avec le temps…déjà les premiers « locavore » (être locavore, c’est à dire consommer et manger local et de saison) font leur apparition. Manger local est un acte identitaire et écologique quotidien très important. L’enjeu n’est plus le pouvoir d’achat mais le vouloir d’achat.
L’avenir nous donnera raison.

photo : marché Saint-Antoine, Lyon.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr