Champion de France… du Kebab!

Champion de France… du Kebab!

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Notre département vient de décrocher un nouveau titre : celui de champion de France du kebab. Avec plus de 170 établissements, il devance le département du Nord (118), la Lorraine (115) et la Haute-Normandie (95), selon le site kekab-frites.com.

Pratiquement inconnus avant l’an 2000, les restos-kebabs ont envahit la région lyonnaise en quelques années pour s’imposer progressivement dans les habitudes alimentaires. Cet espèce de sandwich crasseux à base de mouton égorgé et de pain congelé est devenu le réflexe numéro un pour les jeunes adeptes du fast-food.
Avec un prix compris entre 4 et 6 euros, et une proximité immédiate (qui n’a pas de kebab dans sa rue?), ils sont désormais une alternative au McDonalds, sauf sur le plan de l’hygiène.

untitled-1En effet, les kebabs ont la particularité d’être de véritable fabrique à intoxication alimentaire. La viande de mouton congelée, recongelée, décongelée, chauffée puis découpée, est recongelée pour le lendemain et bien emballé dans un sac poubelle. Rupture de la chaîne du froid mais aussi présence de balais dans les cuisines, stockage des produits à même le sol, tromperie sur la marchandise, mise en vente de produits à DLC dépassée… Voilà quelques-unes des nombreuses anomalies constatées par les contrôleurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). A en croire leur rapport, 62% des kebabs ne respecteraient pas les règles élémentaires d’hygiène. Une étude anglaise démontre même que 18,5% des kebabs (aussi appelés shawarma) représentent un danger « significatif » pour la santé publique.

untitled-11Mais en plus d’être de véritable meltin-pot de microbes (qui expriment toutes leur diversité dans votre estomac), les doner kebabs sont des insultes à la tradition de table française.
Au-delà de l’attentat gastronomique, on chuchote aussi que de nombreux restaurant kebab sont en fait des petites structures spécialisées dans le blanchiment d’argent sale. Il faut bien recycler les liquidités issues de la drogue et des trafics en tout genre…

Alors si vous avez toujours pour réflexe de pousser la porte d’un kebab à midi, il est temps de changer vos habitudes.

Une petite faim, un peu de monnaie, et pas beaucoup de temps? Pas de problème, il reste encore quelques boulangeries, boucheries et petits traiteurs. Une baguette avec une ou deux tranches de jambon, un pain de campagne et un pot de terrine, satisferont conscience et appétit pour le même prix qu’un kebab hypertoxique.
En plus de préserver votre santé, vous en profitez pour soutenir le petit commerce et la production locale.
Et sans même vous en apercevoir, vous venez de faire votre premier acte identitaire.

Ni McDo, Ni Kebab! « Shishe »?

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr