Peuples d’Europe: les Ecossais

Peuples d’Europe: les Ecossais

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

L’histoire de l’Écosse, commencée il y 10000 ans n’est qu’une longue lutte d’un peuple fier contre de nombreux envahisseurs, parfois bien plus avancés technologiquement.

L’empire romain s’intéresse assez tardivement aux îles britanniques, et n’entre en Calédonie (l’ancien nom de l’écosse) qu’en 79 ap JC. Il se heurte à une féroce résistance, et, bien que les généraux proclament la conquête de toute la Grande Bretagne, un mur est construit dans le sud du pays (le mur d’Hadrien) pour sécuriser la frontière nord de l’empire. Cela prouve qu’en fait les romains n’ont jamais conquit toute l’Écosse, bien qu’ils aient fait divers tentatives pour s’étendre au nord, notamment avec la construction d’un autre mur, plus court.

Cependant, la proximité de la culture latine, et les fréquentes incursions romaines, influencent les peuplades d’Écosse, qui se convertissent pour la plupart assez rapidement au catholicisme (construction de la première mission en 397).

654

Après le départ des romains, au Ve siècle, un certain nombre d’envahisseurs viennent se mêler aux peuplades originelles (celtes et pictes). C’est d’abord les scots, qui ont donné leur nom au pays ( Scotland), venus d’Irlande; puis les angles et les saxons venus d’Europe du Nord. Enfin, à l’époque des premiers raids vikings (VIIIe siècle) les peuples scandinaves débarquent au nord du pays et dans les îles Orcades. Cependant, ces invasions ne provoquent pas un rejet aussi important que les romains, étant de culture plus proches, et conduisent à la constitution d’un peuple écossais proprement dit. Seuls les pictes du Nord restent à part, et leur culture disparaîtra au cours du moyen-âge.

A partir de 1072, année où Guillaume de Normandie envahit et soumet à tribut l’ecosse, ce pays sera victime des vues impérialistes de son puissant voisin du sud. En 1093, le roi d’Angleterre guillaume II prend brièvement le pouvoir. Au cours du moyen âge, ce ne sera que conquête et révoltes entre les anglais et les écossais, qui devront s’allier à la Norvêge ou à la france pour résister. C’est durant cette période qu’on voit apparaître des figures symboliques, comme William Wallace et Robert Bruce au XIIIe siècle. Mais, à la fin du moyen-age, les anglais viennent à bout de la résistance écossaise. A partir de cette période, l’écosse va de soulèvement en soulèvement,et une dynastie écossaise se développe. Mais en 1763, l’Ecosse perd définitivement et officiellement son indépendance, pour être intégrée dans l’empire britannique.

Aujourd’hui le mouvement indépendantiste écossais n’a pas faiblit: il est représenté par trois partis politiques de différentes tendances, et l’ecosse possède son propre parlement.

Il semblerait également qu’un référendum soit prévu en 2010, pour proposer l’indépendance.

453La culture écossaise est aujourd’hui encore, fortement ancrée dans le pays: elle est l’héritage des cultures celtiques et gaéliques (langue d’ailleurs encore parlée par certains dans le nord du pays) et les traditions des clans. Ainsi, le fameux tartan, tissu de laine servant à fabriquer les kilts, dont la couleur est fonction du clan. L’Ecosse a également donné à la postérité de grands auteurs comme Walter Scott (Ivanhoé) ou Stevenson (l’Ile au Trésor ; L’étrange Cas du Docteur Jeckyll et de Mr Hide), ainsi que le philosophe Hume. La cornemuse, instrument commun à la plupart des peuples celtiques, et également un symbole important, qui anime les fêtes traditionnelles ou les « Highlands Games », concours divers de la fin de l’été.
C’est d’ailleurs sur cette image de traditions que se base en grande partie la stratégie touristique des institutions écossaises: un pays qui a su conserver une identité propre, malgré son rattachement à une grande puissance, et un peuple fier de sa culture.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr