Definitions Ennemies II

Definitions Ennemies II

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Métissage : Mélange de races ou de souches ethniques différentes.

L’idéologie dominante, au nom d’un prétendu anti-racisme, affirme que le métissage est l’avenir de la planète. Or seuls les peuples européens sont actuellement victimes d’un métissage avec les allogènes. Les autres peuples du monde ne se métissent pas, ou plus; ils s’organisent au contraire en blocs ethniques, soucieux de préserver leur identité.

Avec la colonisation de peuplement que nous subissons, le métissage aboutit à la destruction progressive du germen, c’est-à-dire de la racine de la civilisation européenne. D’autre part, les populations largement métissées sont instables et donnent rarement lieu à de grandes créations historiques. Les sociétés métissées sombrent rapidement dans le racisme intérieur de supériorité, ce qui provoque l’affaiblissement des liens nationaux de solidarité. L’exemple de l’aire latino-américaine est parlant : la hiérarchie sociale s’organise, qu’on le veuille ou non, en fonction du critère implicite de « plus ou moins de sang blanc ». L’idéologie du métissage aboutit donc au racisme implicite et généralisé.

sdzaL’apologie constante et répétitive du métissage comme impératif de société est tout d’abord un trait de l’ethnomasochisme des élites européennes ; mais c’est aussi le fruit d’une utopie optimisme qui asserte que l’Européen de l’avenir sera un métis pour son plus grand bien. Ce dogme s’appuie sur des considérations pseudo-scientifiques, issues du catéchisme biologique de la pensée unique (Jacquard, Coppens, Le Bras…) selon lequel les « races pures » serait dégénératives et l’homogénéité ethnique un handicap historique. Il est à noter aussi cette contradiction flagrante : les partisans du métissage (qui sont les mêmes que ceux de l’ »antiracisme ») s’appuient sur la prétendue nécessité biologique de « mélanger les races ». Or ils soutiennent par ailleurs que les « races n’existent pas » et que la plupart des déterminismes biologiques ne valent rien…

Ce dogme du métis, homme de l’avenir, s’apparente aussi au rêve universaliste de l’homme unique, d’une humanité uniforme, débarrassée des peuples. L’idéologie du métissage comporte un aspect totalitaire, celui de l’Etat mondial, et de l’homme nouveau partout semblable, idée commune au trotskistes et à l’ultra-libéralisme. Le métissage est possible et tolérable s’il est exceptionnel, et non massif, s’il est aléatoire et non obligatoire et systématique.

Dans la même veine, on prône également le « métissage culturel » qui débouche concrètement non pas sur l’objectif affiché d’une culture universel mais sur la destruction de la seule culture européenne ( par afro-américanisation), à qui l’on impose cet impératif de métissage. Ce dernier habillé d’une phraséologie très élaborée est devenu en Europe, dans tous les domaines, un point de passage obligé de tous les discours intellectuels.

Il est certain qu’en matière biologique et culturelle, il serait stupide de rejeter tous les mélanges au nom d’un dogme obsidional de pureté. Quoi qu’il en soit dans les faits observables, l’humanité ne se dirige nullement vers un métissage généralisé ; seules les sociétés déclinantes succombent à cette illusion.

Guillaume Faye, « Pourquoi nous combattons? »

« Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle. « 
Ségolène Royal, Février 2007

« L’objectif, c’est de relever le défi du métissage. Ce n’est pas un choix, c’est une obligation. C’est un impératif. On ne peut pas faire autrement (…) Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la république passe à des méthodes plus contraignantes encore. »
Nicolas Sarkozy,
17 décembre 2008.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr