Violences ethniques : la diversité s’exprime

Violences ethniques : la diversité s’exprime

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Ces derniers jours deux faits divers locaux ont fait la une de l’actualité.

fg Le premier est un assassinat : « Un jeune homme de 17 ans, soupçonné d’avoir tué sa soeur pour des raisons « d’ordre familial» et surtout religieuse, avant de brûler son corps dans la cave d’une cité d’Oullins. « Le mobile est pour l’instant assez obscur, mais il s’agit d’une famille avec des valeurs religieuses » , le jeune Mohammed, décrit comme un garçon « violent» et « religieux« , n’aurait « pas accepté le mode de vie de sa soeur aînée » . Le corps calciné de la jeune femme de 22 ans d’origine maghrébine, avait été découvert le 1er juillet par des pompiers qui intervenaient sur un incendie volontaire dans une cave. Des témoins récemment entendus par les enquêteurs ont fait l’objet de fortes pressions.

Le second est une émeute ethnique à Firminy qui a trouvé son prétexte dans une soit disante bavure policière. Les « jeunes » ont cette fois-ci décidé de venger le suicide d’un camarade entendu dans une affaire d’extorsions de fonds. C’est donc en brûlant les commerces voisins et les infrastructures sociales risquant la vie de dizaines de personnes, qu’ils ont « exprimé leur colère ». Un avertissement pour tous ceux qui tentent de mettre fin à leurs trafics.
Hier, ils ont même demandé que justice soit faite « au nom de dieu », pendant leur marche commémorative. Oui on demande la justice au nom d’Allah dans la campagne stéphanoise.. et cela ne choque même plus personne.

ajout : le témoignage poignant des commerçants ruinés

En quelques heures, dans la nuit de jeudi à vendredi, les commerçants du petit centre commercial ont tout perdu. Le plus souvent, c’est une vie de travail qui est partie en fumée
Les services de police ont interpellé 15 individus. Un seul est aujourd’hui encore incarcéré.

Il ne reste plus rien des sept petits commerces du centre commercial de Firminy-Vert, entièrement réhabilité il y a un an. Les commerçants avaient le plus souvent beaucoup investi. Aujourd’hui, ils n’ont plus rien. Au lendemain de cet incendie criminel, Dominique Mialon est en pleurs. Son tabac-presse a été réduit à néant. « En 18 mois, ils m’ont cambriolé deux fois et m’ont braqué une fois. J’étais là depuis 3 ans. Aujourd’hui je ne sais pas comment je vais vivre », dit-elle en sanglotant. « Je ne reviendrai plus ici ».

« Moi, j’ai perdu mon bar, mon travail, mon salaire. Je ne sais pas qui va me donner à bouffer demain », dit Michel Gerbier. Lui aussi a tout perdu, comme Sébastien Gérenton, le boulanger qui avait racheté son fonds de commerce il y a 18 mois. « J’ai investi 150 000 euros. Je travaille de 3 heures du matin jusqu’à 14 ou 15 heures l’après-midi. Je suis dégoûté. » «Ce n’est pas en venant nous voir en costume et en compatissant que l’on réglera nos problèmes.»

Dans l’arrière-boutique du magasin Spar, le gérant est anéanti : « Je travaille depuis l’âge de 16 ans ; j’ai économisé chaque centime, sacrifié mes vacances et je n’ai jamais compté mes heures de travail. J’ai mis tout ce que j’avais dans ce magasin. »

Depuis le début des émeutes à Firminy, les services de police ont interpellé 15 individus. Un seul est aujourd’hui encore incarcéré


Entre les « pressions » sur témoins, les assassinats religieux, les extorsions de fonds, les agressions de pompiers, les incendies volontaires et les émeutes, notre bien aimée diversité est donc en grande forme, malgré toutes les tentatives complices des médias et des politiques pour justifier ces violences et ne pas reconnaitre l’évidence : nous avons affaire à une véritable fracture ethnique.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr