Le loup est dans la bergerie

Le loup est dans la bergerie

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Le loup est dans la bergerie. Ce n’est pas moi qui le dit mais Jean-Paul Gourévitch, expert reconnu de l’immigration africaine dans l’hexagone, qui dans son dernier livre (Les Africains de France, Acropole), chiffre à 7 millions les musulmans présents dans notre pays. Il estime, « sur la base actuelle d’un quasi doublement tous les quinze ou vingt ans« , que le « nombre des musulmans dépassera les 40 millions de résidents au milieu du XXI ème siècle, soit plus de la moitié de la population française de l’époque« . Selon lui cette évolution « devrait aboutir à une transformation de la société française. » Bel euphémisme…

Dans les années 60 et 70 il ne serait pas venue à l’idée d’un Français que 35 ans plus tard des milliers de mosquées et de centres culturels islamiques seraient construits sur son territoire, que le porc serait banni de nombreuses cantines scolaires, qu’un tribunal validerait un divorce pour « absence de virginité » de la mariée, que des manuels scolaires feraient l’impasse sur certaines oeuvres de la littérature française et certains personnages de l’histoire de France pour ne pas offenser les Français issus de la diversité (rapport Obin), que 30.000 familles polygames seraient recensées et nullement inquiétées, que des centaines de quartiers à travers le pays deviendraient des zones interdites aux représentants de l’Etat, que des horaires spécifiques pour les femmes seraient attribués dans certaines piscines, que le nombre des femmes voilées se déplaçant dans nos rues serait exponentiel année après année, que les rayons hallal (pour peu qu’à l’époque il sache seulement ce que cela voulait dire) se multiplieraient comme des petits pains dans les hypermarchés, qu’un organisme installé par l’Etat préconiserait qu’on ne soit plus obligatoirement français pour devenir fonctionnaire, que la Marseillaise serait systématiquement sifflée par le public lorsque les bleus affronteraient des équipes nationales maghrébines, que des écoles coraniques verraient le jour etc…, etc… Non il lui était impossible d’imaginer ce cauchemar. Et si vous lui aviez suggéré un tel scénario, et pour peu qu’il soit de gauche, vous auriez surement été perçu comme un vilain raciste. Et oui déjà… Mais comment aurait-il pu comprendre que la folle décision de Valéry Giscard d’Estaing de passer d’une immigration de travail à une immigration de peuplement (pudiquement nommé le regroupement familial) aller provoquer un tel désastre ?

Mais faut-il pour autant s’en étonner ? NON. Assez d’hypocrisie. Tous ces exemples, qui sont loin d’être exhaustifs, ne sont que la conséquence directe de la folle politique d’immigration, majoritairement musulmane, pratiquée par la gauche et la droite. Ces hypocrites qui font mine de vouloir défendre aujourd’hui le droit des femmes, la laïcité et les valeurs républicaines sont les mêmes qui depuis quarante ans oeuvrent à ce que la France devienne sur un plan démographique de plus en plus musulmane. Mais pensaient-ils vraiment que cela n’aurait aucune retombée sur les arts, la culture, la science, la médecine, la justice et nos libertés fondamentales ? La France peut-elle devenir plus musulmane sur un plan démographique sans le devenir au niveau politique et culturelle ? Selon une enquête sur les libertés individuelles et la démocratie dans le monde réalisée en 2005 par la Freedom House, sur les quarante-six nations à majorité musulmane, trois seulement sont libres. Sur les seize pays où les musulmans représentent entre 20 et 50 % de la population, trois seulement sont classés comme libres : le Bénin, la Serbie-Monténégro et le Surinam. Quel sera alors le destin de la France qui compte déjà 7 millions de musulmans ? Voilà la seule question qui mérite d’être posée. Mais de cela il ne sera pas question dans nos médias. Car pour y répondre il faudrait d’abord réviser nos croyances utopiques sur les sociétés multiculturelles, sur la prétendue modération de l’islam, sur le relativisme culturel, sur les conséquences de la politique immigrationniste, sur le mensonge du prétendu « miracle » démographique français etc, etc…

Pourtant les exemples internationaux ne manquent pas pour démontrer qu’il existe un paradigme islamique extrêmement dangereux. Liban, Bosnie, Macédoine, Cachemire, Chypre, etc… Toute minorité musulmane devenue majoritaire sur une portion de territoire d’un Etat impie désire obtenir l’indépendance ou l’autonomie afin de vivre selon les préceptes de l’islam. Quel plus bel exemple que le Kosovo ? Qu’est-ce que le paradigme kosovar sinon l’alliance explosive entre immigration incontrôlée et islamisation ? Jusque dans les années 20 les Serbes étaient encore majoritaires au Kosovo, berceau de la culture et de la religion des Serbes. Mais avec la deuxième guerre mondiale les partisans serbes et leurs familles furent tués ou chassés du Kosovo par les nazis et leurs collaborateurs musulmans, albanais et bosniaques, engagés dans les divisions SS Skanderberg et Handchars. Après la guerre, le régime communiste interdira le retour des réfugiés serbes dans la région afin de limiter l’influence de la Serbie au sein de la fédération Yougoslave. Puis, durant la seconde moitié du XXème siècle la démographie galopante des musulmans albanais du Kosovo associée à une forte immigration des albanais d’Albanie fuyant la misère de leur pays fera que, dans les années 1990, la province est habitée à 90% de musulmans albanais. On estime aujourd’hui qu’un Albanais du Kosovo sur trois est originaire d’Albanie ou descendant d’immigrés albanais récents. Le Kosovo s’est ainsi progressivement islamisé. Avec le résultat que l’on sait pour les Serbes.

Est-il trop tard ? Oui si l’on considère que la démocratie peut apporter la solution. Comme l’a très bien vu Alain Laurent dans son livre « La société ouverte et ses nouveaux ennemis«  les islamistes utilisent nos valeurs démocratiques pour les retourner contre nous : « Ce qui est très important c’est que cette société ouverte est fondée sur des valeurs communes, un socle de normes fondatrices et universelles (liberté, entraide, recherche de la vérité, responsabilité intellectuelle, tolérance). Ce socle permet de s’ouvrir à des opinions et croyances différentes qui peuvent cohabiter ensemble sans nier le fondement commun. » Or ce qui est une force devient une faiblesse mortelle lorsque cette société ouverte se trouve confrontée à l’implantation d’un islamisme conquérant et à une immigration extra-occidentale de masse qui refuse de s’intègrer. Un islamisme conquérant qui va pervertir nos valeurs de tolérance et d’ouverture, gràce à l’aide d’une idéologie prétendument « antiraciste », « sans-frontiériste » et acquise au relativisme multiculturel, pour imposer ses valeurs d’une société close et sectaire. Et c’est ainsi que pour rester fidèles à nos valeurs démocratiques de tolérance et d’ouverture nous nous ouvrons à des fascistes qui méprisent ces valeurs. Et de concession en concession s’installe en parallèle une société close qui, si rien n’est fait pour enrayer le processus, finira par s’imposer.

Reprenons notre français des années 60/70. Un Français mort en 1974 plus exactement. S’il revenait aujourd’hui il y a fort à parier qu’il éprouverait un choc terrible qui l’obligerait à réagir instinctivement, à provoquer chez lui un réflexe de survie. Ce même instinct, ce même réflexe que le matraquage de l’idéologie « antiraciste » nous empêchent de ressentir. C’est ce que je nomme la théorie de la grenouille. Prenez une grenouille A et placez-là dans un verre d’eau. Portez progressivement l’eau à ébullition. Que va faire la grenouille ? Elle va s’adapter à la montée progressive de la température. Jusqu’au moment ou la température devenant trop forte elle succombera. Ses adaptations successives l’auront progressivement anesthésiée l’empêchant au final d’avoir le réflexe de survie nécessaire. Maintenant prenez une grenouille B. Plongez-là dans un verre d’eau dont la température est déjà très élevée. Que va t-il se passer ? La grenouille B qui ne sera pas passée par tous les stades d’adaptation de la précédente va avoir le réflexe de survie nécessaire pour bondir hors de l’eau. Et bien, cette petite allégorie est le reflet exact de ce qui se passe en France depuis quarante ans avec l’islam. Nous allons de concession en concession et cela les islamistes l’ont très bien compris. A chaque fois ils poussent un peu plus loin leur avantage en sachant qu’à chaque fois ils peuvent compter sur une présence musulmane de plus en plus importante dans le pays pour justifier leurs exigeances sans cesse croissantes. Et à chaque fois nous reculons, nous nous adaptons, en justifiant ces reculs par le nécessaire respect de nos valeurs de tolérance et d’ouverture. Notre fameuse société ouverte. Jusqu’au jour ou il n’y aura plus rien à concéder. Jusqu’au jour ou le nombre jouera en leur faveur. Viendra alors l’heure de la société close. En attendant je peux vous pronostiquer deux événements qui feront date dans les quarante prochaines années. Un jour viendra ou on considérera l’usage obligatoire du Français dans les administrations comme une mesure… discriminatoire. Puis un jour se posera aux pays européens la question suivante : faut-il intégrer l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI). Ce jour-là certains se souviendront peut-être des polémiques qui agitaient la classe politique française au début du XXIème siècle sur la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN. Une époque qui apparaîtra bénite des dieux.

suite et fin sur rebelles.info

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr