Enseignements et espoirs de l’action contre la propagande pro-clandestin dans les bibliothèques.

Enseignements et espoirs de l’action contre la propagande pro-clandestin dans les bibliothèques.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Face au déferlement de propagande en faveur des clandestins en France et particulièrement à Lyon, il me revient
souvent à l’esprit l’affiche d’un groupuscule gauchiste croisée il y a quelques années ; « tout reste à faire nous le ferons ».Inutile de se le cacher, nous avons en face de nous des forces massives : médias, partis politiques et les artistes des milieux de l’art officiel.


Et puis il y a le mensonge, les amalgames faciles, le silence et la duperie des journalistes et des responsables politiques. Ils nous restent donc beaucoup à faire, énormément mêmes. Pourtant, l’action contre la conférence pour les clandestins à la bibliothèque du 4ème arrondissement de Lyon est riche d’espoirs et d’enseignements.

Le premier enseignement est que la plupart des journalistes ne savent pas écrire correctement notre nom….
Le deuxième enseignement est que la caste politique est prête à violer sciemment la loi pour défendre les clandestins.
Le troisième enseignement concerne les médias et l’art officiel, où le « sans-papier » (terme de la novlangue contemporaine) est vue comme l’idole devant laquelle il faut se prosterner au nom de l’antiracisme, de la culpabilité perpétuelle des peuples européens et de l’…économie !

L’espoir est là car il est faux de croire que seuls les militants identitaires ont participé à l’action de cette semaine. Des centaines d’anonymes ulcérés par cette propagande se sont faits le relais de nos revendications. Des citoyens à qui on ne donne jamais la parole et dont les hommes politiques n’ont que faire. Ils vivent et crèvent en silence et paient leurs impôts. Et pourtant, ce peuple du silence a fait entendre sa voix et le souffle est remonté jusqu’à la mairie de Gérard Collomb. Il y a donc espoir à voir ces dizaines de jeunes identitaires s’activer pour défendre notre patrie lyonnaise et se faire le porte-voix de la majorité invisible des français de souche.

Maintenant, soyez en sûr, « tout reste à refaire, nous le ferons ! »
Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr