L’initiative discrimination de la semaine

L’initiative discrimination de la semaine

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Le lundi 12 octobre 2009, une surprise attendait les Lyonnais dans le journal « Metro » page 18 (un quotidien gratuit « apolitique »).
Ou plutôt non, la surprise n’était pas au rendez-vous, étant donné que tous les jours ce genre d’information passe à la trappe, on en arrive même à ne plus s’en préoccuper. Et c’est très précisément le fait que cela passe inaperçu qui devient inquiétant, dangereux.

On pouvait donc ce jour, admirer une propagande en faveur de la discrimination positive. Une discrimination positive qui cache une nouvelle fois un racisme anti-blanc. Pour citer le « journal » : « Deux salariés sont donc chargés de dénicher des offres d’emploi et de prévenir les employeurs que les candidats qui leur seront présentés seront tous blacks ou beurs ».Cette action, à l’initiative de Synergie et de son président Jeff Squalli est un exemple d’un phénomène de plus en plus présent, qui finit par être « normal ». Petits blancs, attention, bientôt vous ne pourrez même plus postuler. On interdit les quotas ethniques, mais dans le même temps, on vous
affirme que seuls les beurs et les blacks auront la possibilité de postuler… pas besoin d’aller plus loin, on nous dit déjà qu’il y a ce qu’on veut entendre. Contradiction quand tu nous tiens…

Dans le même genre, en aussi peu sujet à polémique, on pourrait parler de l’Oréal. Dans un entretien accordé au journal Le Monde (12 juillet 2007), Jean-Paul Agon, président de L’Oréal avait déclaré : « L’Oréal fait de la discrimination positive et l’assume (??) aujourd’hui, lorsque nous rencontrons un candidat qui a un prénom d’origine étrangère, il a plus de chance d’être recruté que celui qui porte un prénom français de souche. »

Mais que fait la Halde ?
Cet organisme d’habitude si prompt à réagir lorsqu’il s’agit d’une discrimination à l’égard de personnes issues de l’immigration extra-européenne ? Bientôt cinq jours que l’article est paru, et aucun communiqué… Pas même une brève. Ah oui, c’est normal, on ne parle pas de racisme ; on ne peut d’ailleurs mentionner le racisme anti-blanc ; on parle ici de discrimination…  positive… Cette discrimination c’est donc « cool » !

Rebeyne! remercie donc metro de nous prouver une fois de plus que naître blanc devient une tare. Une tare que nous nous devons de cultiver !

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr