L’Enchanteur

L’Enchanteur

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Rebeyne ! vous propose de partir à la découverte d’ouvrages qui abordent des thématiques que nous défendons.

Cette sélection ne s’arrêtera pas uniquement sur des livres purement politiques et idéologiques, mais vous permettra de découvrir des romans, des documentaires, des récits autobiographiques etc…

L’Enchanteur de René Barjavel

Extrait du quatrième de couverture :

« Qui ne connaît Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire, Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l’ait pas jugé inaccessible, et l’aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l’Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n’a jamais guéri. Le voici revenu. »

Extrait :

« – Sire, dit le chevalier de Clamadieu, genou en terre devant Arthur, je viens vous demander ma grâce. J’ai honte de dire que j’ai été battu par un chevalier qui est presque un enfant. Il a nom Perceval, et ne m’a laissé la vie que sur ma promesse de venir me mettre à votre merci.
- Il n’y a pas de honte à être battu par Perceval, dit le roi.

Vous n’êtes pas le premier ! Il ne se passe pas de semaine que je ne reçoive l’hommage d’un de ses adversaires jetés bas. Il ne semble que personne n’ait encore réussi à lui faire vider les étriers…

-Relevez vous chevalier, vous vous assiérez tout à l’heure à nos tables et serrez honoré comme il se doit. »

René Barjavel nous fait voyager à travers tous les codes d’honneur de la chevalerie médiévale et de l’amour courtois des chevaliers. Il nous renseigne sur l’archétype du héros européen qu’est le Chevalier du treizième siècle. Ce roman passionnant permet de redécouvrir les légendes Arthuriennes au travers d’un récit rythmé et prenant, tant dans ses scènes de batailles et de combat, que dans ses scènes d’amour passionné.  La quête du Graal est le point central de ce livre, et nous invite dans des aventures extraordinaires, et poussent les chevaliers à un parcours initiatique, à une révélation personnelle. Cette quête entraîne les différents prétendants à faire preuve des plus grandes qualités physiques, mentales, mais également de l’esprit le plus sain. Cette quête mène à la transcendance, un exemple de vie pour tous les européens de notre époque !


Une légende lyonnaise raconte que Logimus, un seigneur de la région, avait décidé de regrouper un
nombre conséquent d’ermites qui s’étaient retirés sur l’île Barbe dans un monastère à la pointe de l’île. Mais à ce Longinus, l’île ne doit pas que la seule existence de ce monastère. Longinus fut également à l’origine d’une légende lyonnaise. Parce qu’il portait le nom du soldat qui, au pied de la croix, perça de sa lance le flanc du christ, on voulu croire que le fondateur de l’abbaye et le soldat romain ne faisaient qu’un. La légende racontait que le soldat, rongé de remords, s’était retiré à l’île Barbe pour y faire pénitence. Il apporta dans son exil la coupe sacrée, qui avait recueilli le sang du Christ, et le corps de Sainte Anne. Cette légende fut tenace puisque le Graal constitua un des joyaux du trésor de l’abbaye jusqu’à son pillage en 1562.


340940655

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr