Embrasse la Fanny d’ma part!

Embrasse la Fanny d’ma part!

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Ce sport, appelé « jeu national » ou « la longue », puisant ses origines dans la Grèce Antique, fut par la suite réactualisé au cours du XVIIIème siècle à Lyon, d’où sa dénomination de « boule lyonnaise », sa pratique ayant dès lors pris beaucoup d’ampleur.

D’abord en pierre, les boules furent ensuite en bois avant d’être cloutées sur toute leur surface selon l’idée émise par un joueur du fait qu’elles s’abîmaient trop, cela ayant eu pour effet de les rendre plus solides et lourdes. En 1923 celles-ci  finirent par être conçues via l’utilisation de deux coupoles en bronze avant d’être enfin, dans le courant des années quatre-vingt, remplies de caoutchouc dans le but d’éliminer les rebonds susceptibles d’advenir durant leur maniement. Dès lors fut donc adopté le nom de « racleuse » pour les désigner compte tenu de leur adhérence au sol. Une boules pesant au passage entre 980gr et 1050gr tout en étant pourvue  d’un diamètre de 90 mm minimum jusqu’à un peu plus de 100 mm.

Les premiers jeux s’installèrent sur les quais du Rhône et de la Saône, les parties se déroulant sur un terrain tracé et délimité de 27M50 de long sur 2M50, voire 4 mètres de large. Il y a trois parties principales : soit le rectangle médian de 12m50 servant exclusivement à faire rouler les boules une fois pointé, une zone extérieure mesurant 7M50 de long, la première servant au jeu des boules et la deuxième lui faisant face à l’emplacement du joueur.

Cette partie de 7m50 est divisée en 3 zones : une de 5m ,une de 2m et enfin une de 0m50. Celles de 5m et de 2m servent de limite de jeu, le but (cochonnet), de même que les boules dépassant cette zone, étant perdues. On peut jouer en simple (1 contre 1) avec 4 boules chacun, en doublette (2 contre 2)avec 3 boules chacun , en triplette (3 contre 3)avec 2 boules chacun et enfin en quadrette (4 contre 4), toujours avec deux boules chacun. Le principe du jeu est très simple, chaque équipe essayant d’envoyer un plus grand nombre de boules au plus près du but que l’équipe adverse. Chaque boule placée vaut 1 point, la partie se termine aux alentours d’un score équivalant à 11 ou 13. Une réglementation particulière aux Boules concerne le tir : le tireur désigne l’objet (boule ou but) qu’il va tirer en l’annonçant à l’avance. Ses adversaires devant ainsi tracer un arc de cercle de 50 cm de rayon et de 15 à 20 cm de longueur devant la boule annoncée, de même qu’une raie à 0,50 m en avant de tous les objets sans distinction de camp situés dans le rayon de 0,50 m et en arrière de l’objet  afin de pouvoir replacer tous les objets en place dans l’éventualité où le coup de tir ne serait pas tombé dans la zone de 50 cm de la boule prévue.

De nos jours il doit y avoir en France près de 70 000 licenciés, mais d’année en année, ce chiffre diminue de plus en plus vite par faute de relève, la jeunesse actuelle ne s’intéressant plus à ce jeu qui pourtant est convivial et plaisant quand les beaux jours arrivent.

A Lyon se déroule chaque année le plus grand tournoi mondial de boules lyonnaises chaque week-end de pentecôte, durant 3 jours et réunissant près de 8 000 boulistes. Au fil des ans, le monde de la boule lyonnaise s’est organisé. Sur le plateau de la Croix-Rousse, à Lyon, le clos Jouve a été notamment la 1ère société bouliste structurée.

La célèbre et légendaire Fanny était aussi fille du plateau : c’est là qu’entre 1860 et 1870, elle promenait ses « avantages”, pour le plus grand plaisir des vaincus, lesquels devaient embrasser les parties les plus charnues de son corps (ses fesses) si ils n’avaient marqué aucun point !


Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr