Tournoi de football « Une autre Jeunesse » : Contre le football moderne!

Tournoi de football « Une autre Jeunesse » : Contre le football moderne!

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Les inscriptions pour le tournoi de football de l’Autre Jeunesse sont désormais closes. L’évènement réunira  16 équipes de jeunes identitaires venus des quatre coins de l’hexagone. Les Lyonnais présenteront deux équipes. Rendez-vous samedi  sur le terrain!

Parlez-nous de football et des images nous viendront en tête. Des photos d’enfance, aux couleurs passées, prises dans un jardin public à taper maladroitement dans une balle.  Des souvenirs des cours de recré aussi : moments de gloire quand on marquait des buts sous les yeux des filles, et de désespoir quand, mauvais, on nous envoyait dans « les cages » en guise de punition. Des souvenirs de terrains de football, parfois dans des patelins paumés, mal entretenus, jonchés de paquerettes et de pissenlits, aux vestiaires insalubres et aux douches froides, autour desquels se massaient des parents fiers… et heureux de retrouver la buvette. Vin chaud, tombolas, sodas et quatre-quarts… tous au « club house » ! Des souvenirs des grands tournois, pour Pâques ou l’Ascension… où ça piaillait, ça se disputait, ça riait, ça pleurait parfois. Et d’entasser comme des trophées de guerre sur ses étagères les médailles et coupes gagnées, attrape-poussière maudits par des générations de ménagères. De ces moments de vie c’est la fierté qui ressort aujourd’hui. Notamment celle d’avoir été traité de « beauf » quand on aimait ce sport pendant des années par des pseudo-élites qui, depuis 1998, ont peu à peu saisi son intérêt politico-économique.

Sans forcément y jouer, quand on aime le foot, on aime aussi un club, on aime une ville ou parfois un quartier, un blason, des couleurs. On en est fier et on le clâme, dans un stade, dans sa tribune qu’on occupe comme sa maison. Avec d’autres fans, unis par la même passion mais surtout par la même origine. La même identité. Le football, aussi « caricatural » soit-il, est une des dernières manifestations concrètes des identités locales, des spécificités, et d’un sentiment d’appartenance que la mondialisation marchande voudrait gommer. Les tribunes populaires, passionnées, enflammées, parfois violentes et incontrôlables comme toutes les espèces menacées, sont des bastions de résistance à la mondialisation et au fric-roi. C’est pour cela que le football demeure le sport le plus populaire en Europe. Parce qu’il cristalise notre besoin vital d’enracinement, et de sentiment d’appartenance à un clan partageant les mêmes valeurs.

Cela n’a pas échappé aux tenants du Système qui, à force de s’en servir comme vecteur de propagande moderniste et consumériste, assassinent un à un les côtés populaires et enracinés de ce sport (le football amateur d’une part, et les tribunes de supporters d’autre part). Un exemple de destruction programmée à des fins économiques, applicable à tant d’autres domaines et tellement criant pour les foules qu’on gagnerait tous à le retenir… Quelle différence, en tout cas, entre le football européen des années 1990 et celui d’aujourd’hui !
1998 et la fantastique propagande pour une « France Black-Blanc-Beur » sont passés par là. S’emparant d’un phénomène permettant de modeler à souhait les esprits, le Système a vu là un moyen terriblement efficace de convertir les masses à la religion transnationale de la Consommation, via le métissage. Tous pareils, tous égaux, tous « bleu-blanc-rouge » : pouet-pouet et buvons un coca-cola pour fêter cela !

Ainsi arrivèrent dans les stades de football, antres jusque-là « bonnes pour les beaufs » et surtout réservées aux fidèles connaisseurs, des générations de convertis. De l’intello-bobo faussement attachés au côté « popu » du football mais qui, tel Midas, a la malédiction d’embourgeoiser tout ce qu’il touche, en passant par la racaille de cité, des milliers de convertis envahirent les stades, y apportant, chacun à leur manière, une vision mondialisée du football. Dans un élan de zêle inhérent à tous les convertis, ils arrivèrent peinturlurés et déguisés : ils jouèrent aux fervents supporters, eux qui n’y connaissaient rien quelques mois plus tôt. Totalement choqués par les ambiances électriques, tous debout, les chants virulents… ils préférèrent rester assis. Et condamner. Ils jugèrent ainsi « la violence », ne comprirent pas les rivalités entre villes, entre quartiers, ces obsolètes querelles de clocher. Ils furent les vaillants soldats d’un Système qui a juré la perte du football populaire et enraciné. Qui a juré d’écraser l’ancienne religion.

Et nos stades, au prétexte d’une pseudo lutte contre la violence et parfois le « racisme », de s’aseptiser peu à peu au point de devenir des laboratoires sociaux ultra-sécurisés, et surtout parés pour la consommation de masse. De Jacques Chirac à « SOS Racisme », en passant par Coca-Cola et la télévision… toutes ces facettes d’un seul et même Système ont vu dans le football moderne une extraordinaire manne idéologique et économique pour l’avènement de leur Nouveau Monde.

La composition des équipes changea également, suivant un processus de mutation parallèle à celui de leur public.
Elles évoluèrent dans leurs valeurs, en même temps que dans l’origine et la mentalité de leurs joueurs.
Les clubs devinrent ainsi le joujou des gouvernants, des hommes politiques et/ou d’affaire (Afflelou, Tapie, Canal+, M6, PPR etc.) : ils se transformèrent en multinationales allant même jusqu’à entrer en Bourse. Leurs valeurs sportives, formatrices et fédératrices furent peu à peu mises de côté, au détriment de l’unique valeur marchande : gagner des sous, vendre des produits dérivés (« merchandising »), faire des plus-values sur les joueurs, empocher un maximum de droits TV, multiplier les compétitions factices (comme la Coupe de la Ligue en France par exemple), quitte à jouer devant des stades vides le mardi à 18h. Et les joueurs s’y sont rapidement faits, devenant les mercenaires du football moderne et vendant, tels des cadres dans les Multinatinationales, leurs services aux plus offrants.

Pour cela, il convenait de les déraciner, ou plutôt d’encourager leur mobilité d’un pays à l’autre.
C’était le rôle de l’arrêt « Bosman » où les clubs sont passés d’un quota maximum de 3 joueurs étrangers à la possibilité d’engager un nombre illimité de joueurs « européens ». Avec le jeu des naturalisations, des passeports, de l’immigration de masse, sans parler d’une certaine « africanisation » du football mondial, on comprend mieux comment nous sommes passés d’équipes « homogènes » et représentatives, à des équipes hétérogènes, constituées de mercenaires transnationaux, présents pour le fric et non plus pour un désuet amour du maillot.

Les recruteurs, surtout en France, toujours à la pointe en matière de xénophilie, ont eu leur rôle à jouer dans cette internationalisation du profil des joueurs.
Tout d’abord, ces derniers, avec d’évidents relents esclavagistes, n’ont cessé de « chercher la perle rare » en Afrique, persuadés à tort que les joueurs africains sont plus techniques et doués que les joueurs venant d’autres horizons. Surtout, ils s’avèrent pour la plupart d’entre eux être plus « physiques » et l’arrivée massive de joueurs africains dans les championnats européens, notamment en défense, a eu pour conséquence un appauvrissement technique en faveur de l’émergence d’un « football d’athlètes ». Les coureurs de 100 mètres remplacent lentement mais sûrement les artistes du ballon rond.

Parallèlement, toujours dans leur obsession maladive d’aller dénicher des talents dans les zones « sinistrées » (à cause des blancs bien entendu), les recruteurs sont également aller fureter du côté des « Cités ». Souvent techniquement doués, ces « jeunes » ont peu à peu gangrénés les Centres de Formation par leur non-culture insupportable. Hip-Hop, parler « banlieue », culte de l’argent facile, jeux vidéos, grosses voitures, filles faciles et bimbos (avec un Z comme Zahia), américanisation bling-bling doublée d’une paradoxale (quoique) islamisation… Cette véritable racaillisation à la sauce « gangsta US » n’étant pas faite pour déplaire aux jeunes africains, très preneurs, qui les rejoignent dans les Centres de formation. Quant aux « de souche », ils n’ont qu’à suivre et se convertir. Ou partir, comme a pu récemment le rappeler l’ex-international français Vikash Dhorasoo…

Asphyxie des pratiquants amateurs et de tribunes populaires qui font tâche, internationalisation des joueurs, racaillisation et africanisation des centres de formation européens, disparition des valeurs traditionnelles des clubs, marchandisation et financiarisation, flicage généralisé dans des stades transformés en chaudrons cosmopolites parés à la consommation, chasse aux fans réticents à ce lissage, extinction des fidèles « joueurs de club » au profit de mercenaires, gavage publicitaire…

Autant de facettes peu reluisantes d’un football moderne qu’on essaie encore de nous vendre comme un sport populaire.

En 2010, aura lieu la Coupe du Monde en Afrique du Sud. On imagine déjà la délirante propagande que ne manquera pas de susciter l’événement.

En 2010, aura lieu aussi, le 29 mai, bien loin des caméras TV, des Instance mondiales et des slogans publicitaires, le tournoi de football de l’Autre Jeunesse. Quelque part en Région Parisienne se regrouperont des jeunes européens. Ils viendront se retrouver, jouer et se souvenir de leur football, sport collectif, populaire et identitaire sacrifié sur l’autel de la marchandisation.
Ils viendront se jurer de ne jamais finir comme lui.

Cyriaque (Projet-Apache)

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr