Sécurité rentière

Sécurité rentière

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Depuis quelques années, de plus en plus de portions d’autoroutes et de voies rapides se retrouvent dans le noir dès la nuit tombée. Pourtant sur certaines portions, rarement les plus dangereuses, vous pourrez admirer un flash blanc qui éclairera pendant une demi-seconde l’asphalte avant de vous replonger dans la pénombre. Et bien sachez que ce bijou de technologie qui viens d’illuminer votre habitacle pour quelques kilomètres heure de trop vous enverra un souvenir de 90€ ou plus, afin d’amortir son coût de plus de 70 000 €. Il aura peut-être même le plaisir de vous priver de votre travail.

Alors qu’aujourd’hui une grande partie du périphérique lyonnais n’est pas éclairé, c’est un vingtième radar fixe qui a été mis en service dans le Rhône. Mais on ne vous dit pas que la majorité des accidents de la route sont causés par la fatigue et non par la vitesse. Selon l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes, la somnolence est la première cause d’accident sur l’autoroute (1 sur 3), avant l’alcool (1 sur 6) et la vitesse (1 sur 10). Autrement dit, si les pouvoirs publics souhaitaient réellement mettre en place une politique de sécurité routière, ils s’attaqueraient d’abord au problème de somnolence au volant en rétablissant par exemple l’éclairage sur nos routes. En 2010, sous prétexte d’économie d’énergie et de protection de la planète, la Direction Départementale des Routes d’Ile-de-France (DIRIF) a coupé l’éclairage de 130 km de voies en Ile-de-France. Ce qui, en plus d’être dangereux, va dans le sens contraire des lois projetant l’obligation de l’allumage des feux de code pour les voitures en journée.

Bien sûr en 2010 le nombre de morts sur les routes est enfin passé sous la barre des 4000 morts et nous ne pouvons que nous en réjouir. Seulement cette baisse de mortalité est notamment dûe à la hausse des équipements de sécurité des véhicules d’aujourd’hui et à des conditions de circulation extrêmement difficiles sur la fin de l’année.

Nous sommes donc dans une situation avec deux poids deux mesures: d’un côté, l’Etat place des tirelires et gagne de l’argent sur le dos des automobilistes sous prétexte de sécurité routière. De plus, il augmente le nombre de portion sans éclairage alors que la somnolence est la première cause des accidents sur autoroute et cette fois-ci sur fond d’écologie et d’économie au dépend de notre sécurité. Et de l’autre côté, il y a le Français moyen, obligé de éloigner des centres-villes afin d’avoir un loyer à la hauteur de ses revenus, et qui parcourt de plus en plus de kilomètres pour aller travailler et subit le racket constant des radars (pour 3 ou 4 kilomètres par heure de trop) et  la hausse des prix du gasoil (taxé à 60%).

Alors que le gouvernement refuse d’assurer notre sécurité dans les transports en commun, dans nos rues et nos banlieues, il continue d’investir dans la répression routière afin de nous taxer toujours plus, nous les travailleurs, les étudiants, les honnêtes gens.
Soyez prudents.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr