Les jeunes Identitaires passent à l’abordage !

Les jeunes Identitaires passent à l’abordage !

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Les 26 et 27 mars, les jeunes cadres Identitaires du réseau L’Autre Jeunesse se réuniront en région parisienne pour un premier séminaire de formation sur deux jours intégralement consacré au concept de la piraterie politique.

———————————————————————————————————————————————-

Les jeunes Identitaires de l’Autre Jeunesse passent à l’abordage !

———————————————————————————————————————————————-

Face au mythe – et aux mythos – du dernier carré, les jeunes Identitaires ont toujours affirmé qu’ils entendaient, eux, se projeter toujours plus avant sur la première ligne de combat. Nous ne voulons pas de ces seuls contre tous qui n’aboutissent nulle part si ce n’est dans des impasses, et qui s’accompagnent trop souvent d’un goût suicidaire pour la posture du pestiféré. Nous refusons d’être enfermés dans des ghettos, et préférons de loin la confrontation au confort chaud des certitudes sectaires. Nous ne nous satisfaisons pas de défendre des acquis devenus squelettiques, pour mieux les regarder disparaître les uns après les autres. Nous ne comptons pas passer 30 ans à compter les points (à notre désavantage) puis à commémorer encore et encore des drames et des défaites.

Antagonistes d’accord, mais protagonistes d’abord !

Si nous devons tenter la chance, au risque qu’elle nous abandonne, et livrer nos vies au divin hasard, cela se déroulera en première ligne et nulle part ailleurs, parce que c’est toujours là que la vraie aventure se trouve. Nous aimons le combat et nous aimons porter la contradiction au dehors de nos zones libérées. Toujours à l’offensive, nos zones autonomes sont les bases de départ d’assauts aussi intrépides qu’imprévus. Pour nous, pas de citadelles imprenables ! Que cela soit dans le combat politique, culturel, idéologique, nous participons à l’ouverture de nouveaux fronts et bouleversons les rapports de force qui semblaient immuables. Transversalité, originalité, créativité.

Nous voulons l’aventure. Et la lutte politique que nous avons engagée nous apparaît comme la plus belle des aventures possibles pour l’Européen de ce siècle. Lui qui fut capable d’aller découvrir les quatre coins de la planète, et semble désormais condamné au triptyque désolant du carcan boulot-conso-psycho. Pirates politiques nous sommes, pratiquant le militantisme comme un abordage permanent. Cette inclinaison à l’aventure s’accompagne d’un véritable culte voué au panache. Le style c’est l’homme et nous ne pouvons convaincre que par l’exemple, tout comme nous ne respectons que ceux qui vivent comme ils pensent. Ces principes vont bien plus loin qu’une simple « révolution culturelle », ils participent de la réflexion essentielle sur le militantisme menée par les Identitaires depuis leur création. C’est par la piraterie sémantique que le mot identitaire fut imposé et consacra l’avènement d’un nouveau courant politique dont les eaux irriguent actuellement une grande partie du champ politique hexagonal. C’est par la piraterie médiatique que des débats de grande ampleur ont été imposés aux médias : des soupes au cochon aux prières de rue musulmanes en passant par les groupes de rap anti-blancs. C’est par la piraterie culturelle que tant « d’identitaires qui s’ignorent » ont su mettre des mots et une réflexion sur leurs pratiques. C’est par la piraterie politique que le débat public, trop longtemps figé dans des postures de principe, s’est relancé sur des thèmes essentiels comme le localisme et la subsidiarité, l’islamisation de l’Europe conséquence d’une immigration devenue folle, la démocratie directe et participative ou la possibilité d’une autre construction européenne.

Aujourd’hui, il nous apparaît important de mettre des mots sur ce que certains pratiquent à la manière de Monsieur Jourdain : sans le savoir. Oui, nous prônons la piraterie politique de grande ampleur et revendiquons le pillage de nombreux vaisseaux ennemis !

Prenant exemple sur Ulysse, premier des Européens et désormais fait premier des pirates, nous espérons bien pouvoir dire un jour à notre tour, à la fin de notre belle et grande aventure :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr