Retrouver l’équilibre

Retrouver l’équilibre

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Extrait du programme de campagne d’Arnaud Gouillon

R e t r o u v e r  l ‘ é q u i l i b r e

Ramener le territoire dans l’écologie et libérer le vivant

Aujourd’hui, tout le monde ou presque se dit écologiste, y compris les grands trusts pollueurs jamais en panne de communication. L’écologie est devenue au mieux une réaction à la marchandisation de la planète, au pire, une « bisounours attitude ». Dans tous les cas, la nature même du concept d’écologie est passée sous silence, les défis démographiques sont esquivés par les politiques ; quant aux propositions des partis dits écologistes, elles s’insèrent dans la logique de la mondialisation sans remettre en cause le mondialisme qui en est pourtant l’expression politique. L’écologie est d’abord une science du rapport entre les espèces vivantes et leur territoire et par conséquence, et en particulier, des hommes et de leurs territoires.

Certes, celle-ci ne s’arrête pas là et englobe l’environnement tout entier. Mais sa base est bien ce lien entre l’homme qui affronte son territoire, l’arraisonne ou le subit, et ce dernier qui, à son tour, le « construit » à travers des formes spécifiques et originales. Ce lien étroit entre l’homme et son territoire trouve à notre époque sa réalisation politique et sociale en la commune, la province, la patrie, le peuple. Nier les particularités des peuples, imaginer que l’on peut faire coexister sur un même sol des communautés aux différences marquées, c’est donc mépriser la loi fondamentale de l’écologie.

En parallèle, l’ensemble du monde vivant est sous la menace d’une confiscation totale par les trusts pharmaceutiques ou semenciers. Cet accaparement du vivant à des fins privées et mercantiles a déjà commencé. Il se fait avec l’accord des États européens et américains ainsi que celui de la commission européenne. Il constitue une menace d’une gravité dont le public ignore tout ou ne mesure pas les conséquences. Il découle de la logique mondialiste qui perçoit le monde comme une galerie marchande et chaque représentation du vivant, homme, plante, animal, sols, sources, océans, rivières, comme une « chose » à vendre et/ou à acheter.

Les Identitaires considèrent que ce rapt du vivant est un des deux faits les plus importants de ce début de siècle, l’autre étant les mouvements de populations. On a dit plus haut le lien qui unissait les deux phénomènes. On remarquera que derrière chacun d’entre eux on retrouve lamême logiquemarchande, lesmêmes hommes politiques pour
la servir, la même minorité d’exploiteurs pour s’enrichir. Il s’agit d’un combat essentiel et, à ce titre, les Identitaires mettront en place durant cette campagne des Présidentielles une série d’actions destinées à porter leurs analyses, les faits et les réalités qui en découlent à la portée du plus grand nombre.

Pour retrouver l’équilibre, les Identitaires proposent :

> Suppression de la TVA pour toutes les entreprises produisant ou commercialisant des produits issus de l’agriculture biologique française.
> La création d’un fond de reconversion proposant un crédit à taux zéro aux agriculteurs souhaitant abandonner l’utilisation des pesticides.
> L’interdiction directe et absolue de la culture et de l’importation des Organismes Génétiquement Modifiés sur le territoire français.
> La généralisation de l’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique dans toutes les cantines des administrations publiques.
> Dans son programme de 2007, le parti Les Verts prônait «l’arrêt de toute perte de diversité biologique » en incluant dans celle-ci « les peuples autochtones ». Les Identitaires demandent l’extension de ce principe à tous les peuples autochtones, y compris ceux d’Europe.
Ce principe sera introduit dans la constitution française.

Télécharger l’intégralité du programme de campagne :


Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr