Face à l’acculturation, la création enracinée!

Face à l’acculturation, la création enracinée!

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr

Selon Guillaume Faye, « le combat politique est stérile sans un combat culturel qui le soutient, l’accompagne et le justifie ». Cela est d’autant plus vrai que, dans l’Europe actuelle, les cultures locales disparaissent au profit d’une culture globale. Ceci est un fait incontestable, facilement remarquable, il n’y a qu’à voir tout ce qui, autour de nous, découle de la culture que l’on appellera « moderne-américaine ».

Cependant, en France et un peu partout en Europe, on remarque qu’une seconde culture s’impose à nous, une culture qui découle directement de l’immigration massive issues des peuples d’Afrique et du Maghreb. Celle-ci se manifestant notamment par le développement de mosquées (plus de 200 à Lyon), de nombreux kebabs, d’un parler de banlieue souvent composé de mots arabes, et bien d’autres choses encore.
La France et ses traditions se trouvent donc écrasées sous le poids de ces cultures, et on assiste à un phénomène d’acculturation impliquant la déculturation de l’Europe, de la France et de ses régions.
L’acculturation est selon la définition du memorandum pour l’étude de l’acculturation « l’ensemble des phénomènes résultant du contact direct et continu entre deux groupes d’individus de cultures différentes et qui entraînent des modifications dans les modèles culturels initiaux de l’un ou des deux groupes. » . En résumé, selon la définition du Larousse, l’acculturation est « un processus par lequel un groupe assimile une culture différente de la sienne ».

En France, par exemple dans le domaine de la restauration rapide, on observe que la boulangerie artisanale proposant des sandwichs à base de charcuterie traditionnelle comme le très célèbre jambon-beurre disparaissent au profit d’une multitude de snacks appelés des kebabs proposant différents menus à base de viande hallal et de recettes orientales. Ou encore les cantines scolaires, et ce en particulier dans la région lyonnaise, qui proposent des repas sans viande afin de respecter une religion, notamment l’Islam, donc une culture venue d’ailleurs. On a alors ici des preuves d’une acculturation où les Français de souche assimilent les traditions culinaires issues de peuples immigrés extras-européens, et ceci entraîne petit à petit la perte des traditions culinaires locales, c’est en somme une déculturation culinaire.

On remarque également dans la musique que si l’on écoute une station de radio visant la masse des jeunes générations, les chanson « chantées » en français (celui-ci n’étant pas par ailleurs toujours correct), sont quasiment exclusivement du R’n'B ou du RAP. Notons que ces styles musicaux sont également issus des milieux immigrés extras-européens. Il y a donc là encore un phénomène d’acculturation, de l’acculturation musicale.
Vous l’aurez donc bien compris, l’exemple peut-être pris dans de nombreux domaines, il existe une acculturation massive.

Mais cette acculturation n’a que deux coupables : la faiblesse de notre culture identitaire actuelle, et le regard que nous portons sur les fragments qu’il en reste.

Nous ne devons pas regarder notre propre culture comme on contemple dans un musée un vieux parchemin décoloré derrière une vitre de plexiglas. Nous ne devons pas  non plus vivre la culture en folklore, tel des hommes en dehors du temps présent. Nous devons la réincarner comme des héritiers d’aujourd’hui, profondément enracinés dans la terre des ancêtres mais intensément présent dans les temps actuels.

Les Identitaires ont le devoir de se faire ambassadeurs et protecteurs des cultures européennes, nationales et locales dans tous leurs aspects. Mais ils doivent aussi investir tous les territoires de la culture (gastronomie, musique, patrimoine, littérature…), les comprendre, les apprendre, les faire vivre, et surtout leur insuffler un nouveau souffle créateur.

Notre culture n’est pas morte, juste endormie, et il est de notre devoir, de votre devoir, de la réveiller dés aujourd’hui par la création enracinée.

Romain.

Facebook0Twitter0Google+0Emailtumblr