« L’Oreiller de la Belle Aurore »

« L’Oreiller de la Belle Aurore »

Facebook0Twitter0Google+1Emailtumblr

L’Oreiller de la Belle Aurore : star de la gastronomie française et lyonnaise !

 

« L’Oreiller de la Belle Aurore »

C’est le nom que l’on donne à l’un des sommets de la gastronomie française, que certaines classent aux côtés du « Lièvre à la Royale », et qui est fabriqué dans notre bonne ville de Lyon depuis plus d’un siècle.

C’est Brillat-Savarin, illustre gastronome français né dans l’Ain, qui le premier a mis au point cette recette digne d’une table royale. Ce monument de la gastronomie française, n’est autre qu’un « pâté froid », qui reste largement méconnu du grand public… Du moins, c’est comme cela que l’on pourrait le définir en un mot simple et accessible.

Dans les faits, L’Oreiller de la Belle Aurore est bien plus qu’une simple terrine. Les artisans charcutiers qui ont préparé cette recette à travers les âges, ont réussi l’exceptionnel tour de force d’obtenir la désignation de « meilleur pâté du monde ».

Ce « meilleur pâté du monde » gonflé comme un bel oreiller de plumes, est composé dans l’ordre, des mets suivants : Cailles, Pigeons, Foie gras, Palombes, Perdreaux, Grouses, Volailles de Bresse, Canards Mulards, Faisans, Colverts, Lièvres, Lapins de garenne, Chevreuils, Biches, Marcassins, Ris de veau et Truffes du Tricastin.

De quoi ravir l’appétit réputé généreux des Lyonnais, et d’en faire l’un des plat les plus réputés de France.

Aujourd’hui, c’est la maison Reynon (située 13 rue des Archers dans le second) qui perpétue la tradition lyonnaise, en produisant L’Oreiller de la Belle Aurore, uniquement durant les fêtes de fin d’année. Il faut donc bien viser pour avoir le privilège de goûter cette star de la gastronomie lyonnaise, partie prenante de l’art de vivre lyonnais et français.

L’Oreiller de la Belle Aurore est une compilation parfaite de ce que génèrent une identité et une culture toujours vivantes : des produits du terroir, un savoir-faire artisanal qui se transmet de génération en génération, et un produit dont la qualité justifie le titre de Capitale de la gastronomie mondiale pour notre bonne ville de Lyon.

Facebook0Twitter0Google+1Emailtumblr