Pourquoi les libéraux (UMPS) ne peuvent-ils que perdre ?

Pourquoi les libéraux (UMPS) ne peuvent-ils que perdre ?

Facebook0Twitter0Google+2Emailtumblr

gauchos

 

Le score historique aux élections européennes du Front National confirme que le principe de réalité vient sanctionner la classe politique en place depuis 40 ans. Cette percée est un bras d’honneur fait par les Français au système libéral qui façonne (ou plutôt détruit) notre société depuis plusieurs décennies.

Le plus intéressant se passe finalement dans le camp des « partis de gouvernement » (une expression tout droit sortie du Novlangue, conçue pour les rassurer).
En effet ces derniers semblent avoir usé de tous les artifices à leur disposition pour tenter de redorer leur image et continuer à faire passer la pilule aux Français. Renouvellement des effectifs, projets délirants de société (mariage pour tous, adoption, Genre) dont l’objectif est de masquer leur impossibilité à régler les véritables problèmes : économiques, vote ethnique assumé à la présidentielle de 2012, etc… Rien n’y fait, les Français ne semblent plus en vouloir.

Le problème de ces « partis de gouvernement » est leur attachement (ou plutôt leur aveuglement) idéologique, qui se transforme à ce stade en un enfermement quasi moral, à quelques principes indéboulonnables dont ils pensent ne pas pouvoir se défaire. Cet attachement et l’échec qui en découle confirment bien que le XXIème siècle sera le siècle du réel, des identités, et des réalités anthropologiques : le principe de réalité face aux postures idéologiques ou morales.

L’Homme indifférencié :

Ces partis de gouvernement ont une conception éminemment jacobine de la vie humaine, c’est-à-dire que les Hommes seraient partout les mêmes, que leurs déterminismes identitaires n’auraient pas d’effet sur leur choix de vie et leur manière d’être. C’est cet acharnement idéologique hérité du 18ème siècle (on note bientôt trois siècles de retard) qui a entraîné les aberrations que l’on connait : immigration, droit du sol, assimilation, et particulièrement de leurs échecs respectifs. La société multiculturelle vendue de force a débouché sur une société du chaos, où les communautés se replient logiquement sur elle-même, cherchant à s’assurer de la pérennité de leur identité et de leur culture. Logiquement, les Français souhaitent se protéger de cette invasion migratoire en cours depuis plusieurs décennies, et qui menace sérieusement l’identité française et européenne.

L’immigration :
Elle est vendue comme une chance pour la France, pourtant les différents scandales du racisme anti-blanc, les zones de non droit où les policiers reçoivent l’ordre de ne pas pénétrer pour ne pas provoquer le désordre. Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche, qui ne seraient jamais arrivés en France sans immigration massive, rappellent tous les jours aux Français que les sociétés multiculturelles ne sont que des cocottes minute prêtent à exploser.

Le Libre Echange :
Au moment des primaires socialistes de 2012, le Bloc Identitaire avait proposé à ses adhérents de voter afin de choisir le candidat qui serait soutenu par le mouvement lors des élections présidentielles. Certains observateurs avaient été étonnés d’y voir figurer le nom d’Arnaud Montebourg, le candidat pour la « Démondialisation ». Or c’est précisément l’un des thèmes privilégiés et défendus par les Identitaires, à savoir la limitation de ce libre échange économique, qui créé ici des chômeurs, pour exploiter là-bas des esclaves. Le succès d’Arnaud Montebourg lors des primaires socialistes n’a visiblement pas mis la puce à l’oreille des partis de gouvernements qui se sont entêtés à entretenir ce système économique fou et qui défie pourtant toutes les autres règles morales que ces derniers se sont toujours imposées :

Justice sociale : la désindustrialisation a entraîné la perte de centaines de milliers d’emplois depuis 30 ans. Difficile de s’adresser à la classe moyenne et de lui promettre des jours meilleurs. D’autant que des emplois qui partent, c’est un système de protection sociale mis à mal.

Egalité : lorsqu’une multinationale exploite des enfants pour 1 dollar par jour, l’égalité ne semble plus émouvoir personne.

Ecologie : le libre-échange économique engendre des milliards de tonnes transportées chaque jour à travers le globe. A l’heure où les réductions des gaz à effets de serre préoccupent les experts, le premier levier de progrès dans ce domaine serait de freiner cette mondialisation folle qui ne profite qu’à un nombre restreint.

La revue de leurs positions sur ces trois sujets clés permettraient peut être aux « partis de gouvernement » de capter à nouveau l’intérêt des français qui ne s’y trompent plus. Aujourd’hui, les mouvements politiques patriotes, anti-mondialistes et identitaires, sont les seuls en mesure de répondre à leurs inquiétudes légitimes.

Facebook0Twitter0Google+2Emailtumblr