Réponse des Identitaires de Rebeyne à l’historien Bruno Benoît

Réponse des Identitaires de Rebeyne à l’historien Bruno Benoît

Facebook0Twitter0Google+1Emailtumblr

rebeyne banniere

C’est la passion de nos militants pour l’histoire Lyonnaise qui les a projetés dans plusieurs de vos ouvrages, ce fut d’ailleurs un plaisir de voir que notre mouvement était mentionné dans un de ceux-ci.

En effet dans le livre intitulé Le Roman de Lyon vous évoquez l’histoire des Rebeynes lyonnaises et terminez ce passage ainsi : « Au XXIème siècle, des groupuscules d’extrêmes droite ont pris comme nom éponyme « Rebeyne », ils s’inscrivent dans une démarche de revendication identitaire face à une population de plus en plus multiculturelle qui ne serait pas faite, à leurs yeux, de que de bons « gones »! Il n’y a pourtant rien à voir entre leurs revendications et celles des Rebeynes d’hier. »

Nous ne discuterons pas des heures sur l’emploi du mot « groupuscule » assez péjoratif pour décrire un des mouvements de jeunesse locaux les plus importants de l’hexagone. Capable de réunir plusieurs centaines de personnes chaque année au nom de l’identité Lyonnaise – comme lors de notre procession du 8 Décembre en l’honneur de la Vierge Marie, Lugdunum Suum -, lorsque la population globale Française ne s’intéresse plus à autre chose qu’à la télévision ou le shopping.
Mais revenons surtout sur le fait que vous classez nos revendications comme éloignées de celle de nos ancêtres parcourant les rues de notre cité. Pourtant c’est dans votre ouvrage Quand Lyon rugit que l’on note bien que jamais, jamais les émeutiers Lyonnais dans n’importe quelle Rebeyne n’ont saccagé leur ville à part quelques villas bourgeoises. Jamais ceux-ci n’ont détruit ou pillé en masse même lorsqu’ils avaient l’avantage, prouvant ainsi leur amour pour la ville.

Alors en octobre 2010 lorsque des émeutiers en majorité issus des banlieues lyonnaises et de l’immigration ont saccagé la Presqu’île et pillé les magasins sans raison et que nous sommes descendus à plus de 400 dans la rue pour tenter d’y mettre un terme au cri de « touche pas à ma ville ! », alors nous vous demandons si nous ne sommes pas les héritiers des Rebeynes ? Quand en juin 2014 les supporters Algériens prétextaient la Coupe du Monde pour ravager le centre ville, l’Etat préféra envoyer les CRS pour nous arrêter nous plutôt que la foule haineuse et se revendiquant étrangère. Ne sommes nous pas les héritiers des Rebeynes ?

Lorsque nous luttons contre l’immigration – invasion décidée à Paris par un état centralisateur nous sommes aux côtés de nos ancêtres les Canuts qui marchaient sur les Terreaux pour pouvoir « vivre en travaillant ou mourir en combattant » car aujourd’hui il devient difficile de vivre en travaillant lorsque l’immigration fait pression sur les salaires des Lyonnais, lorsque la ville loge les Roms à l’hôtel, offre des retraites misérables à nos anciens et des soins gratuits pour les clandestins.
Nous sommes à la pointe de la lutte sociale et identitaire, nous continuerons de faire rayonner Lyon comme l’une des place fortes de la résistance Européenne. Alors oui nous incarnons la nouvelle Rebeyne, celle des gones et des fenottes dépossédés de leur terre et de leur histoire, et donc de leur avenir.
Pour autant nous ne prenons pas mal ce court passage approximatif sur notre mouvement certainement dû à un manque de connaissance sur nos activités. Nous serions ravis de vous rencontrer et de vous présenter nos locaux orientés vers la jeunesse et l’identité Lyonnaise.

 

Avant Avant Lyon Le Melhor !

Facebook0Twitter0Google+1Emailtumblr